mardi 22 septembre 2020

Un jeune flamand rose posé sur le lac de Momas, dit de l'Ayguelongue.

C'est au total 6 oiseaux connu, 3 réserve de Txingudi, 2 réserve du marais d'Orx, 1 lac de Momas. 
Explication de l'égarement, la dépression de l'épisode cévenol a généré des vents allant de l'est vers l'ouest, ces oiseaux en migration devaient suivre le littoral pour se rendre vers le delta de l'Ebre, et ils ont été propulsé vers le versant nord de la chaine des Pyrénées et ils ont débouché vers l'unique sortie, celle de l'Atlantique.  

Il s'agit vraisemblablement d'un oiseau de 1e voir de 2e année, car le cou est déjà blanc et pas gris foncé, de plus en vol il a du rose sous les ailes. 
j'ai lu le "Paul Géroudet" (Grand échassier), mais je n'en sait pas plus, il est possible qu'il est en mue et que la couleur du cou, c'est déjà éclaircie, cela semble se voir sur la photo.

dimanche 20 septembre 2020

Le jeune bécasseau tacheté est toujours en halte migratoire sur la vasière du lac de Momas.


A gauche la spatule adulte, à droite la jeune spatule 

Une partie de la quarantaine de Bécassine des marais.

Entre les deux spatules un chevalier aboyeur.

jeudi 17 septembre 2020

Le Bécasseau tacheté d'origine d'Amérique du Nord, continu sa pose migratoire sur le lac de Momas.





Cette retenue collinaire a été créée en 1996, pour des besoins d’irrigations agricoles locales et de soutien à l’étiage pour les cours d’eau en aval. Elle est située sur les communes de Mazerolles et Momas dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce plan d’eau à 17 km au nord-ouest de Pau est communément appelé : le lac de Momas.
Sa particularité c’est qu’il est dans une plaine alluviale avec un fond plat et pas abrupte, ainsi lorsque les agriculteurs puissent l’eau pour irriguer les champs de maïs, apparaît une immense vasière. En amont, là ou il y a très peu de fond, lorsque le lac est plein, cette vasière a été colonisé par une végétation invasive ; principalement avec la grande jussie, mais dès qu’il y a plus d’un mètre de profondeur, cette dernière ne se développe pas.
La période du début du puisement de l’eau, coincide avec le début de la migration des premiers limicoles, en juillet ; le vanneau huppé, le chevalier sylvain, les chevaliers guignette et culblanc, tout au long des mois d’août, septembre, octobre, le niveau ne fait que baisser pour libérer des surfaces de vasière encore plus grande, ce qui permet l’accueil de nombreux autres palmipèdes et des grands échassiers, telle la spatule, la grande aigrette, les cigognes blanche et noire, et même 3 flamands rose,
Les premiers sont les foulques macroule, les autres palmipèdes du genre anatidés arrivent à partir de la dernière décade de septembre, jusqu’en octobre, certains d’entre eux hivernent.
Établir une liste complète serait fastidieux, mais tous les palmipèdes classiques y ont été dénombré, quelques raretés comme le fuligule à tête noire, le fuligule à bec cerclé ont été observé.
Pour les limicoles, des raretés comme : le bécasseau tacheté, de Temminck, à queue-pointue, rousset, falcinelle, de Bonaparte, ont aussi été observé, même le très marin gravelot à collier interrompu, mais aussi des bécasseaux sanderling et des tournepierres à collier. C’est dire si les possibilités d’observation sont multiples et variées.
Ma présentation du plan d’eau, ne prend en compte que les bien-fait du côté naturaliste et ornithologique, et pas la polémique des écologistes, qui sont contre la culture du maïs et donc contre les retenues collinaires. mais il est indéniable que les oiseaux migrateurs y trouvent leur compte, et pour moi c’est le principal.

dimanche 13 septembre 2020

Retour au lac de Momas pour observer un oiseau, le bécasseau tacheté d'origine d'Amérique du Nord.

La spatule adulte

Deux spatules, à gauche un oiseau de première année plus terne (blanc sale), à droite l'adulte qui est blanc pur. 
Sous la surveillance du héron cendré

Bécasseau tacheté d'origine d'Amérique du Nord.

 
Un vison d'Amérique




samedi 5 septembre 2020

Les activités humaines ne semblent pas déranger les balbuzards en migration dans la baie d'Hendaye.

Un des deux balbuzard avec son poisson.


Tant que les activités ne sont pas directement dirigés vers eux, les balbuzards semblent bien les supporter. 

vendredi 4 septembre 2020

La réserve de Plaiaundi est l'endroit idéal pour l'observation des limicoles.

Ayant une passion pour les limicoles et les oiseaux d'eau, je cherche toujours à les voir le plus près possible. Et après avoir visité le marais d'Orx, la réserve Bergusté de St Martin-de-Seignanx, il est incontestable que la réserve de Plaiaundi / Txingudi, dans la baie d'Hendaye, offre une qualité d'observation bien supérieure au deux autres. 

Courlis cendré

Courlis corlieu.

Chevalier guignette.

jeune Grand gravelot

Grand gravelot adulte.

2 bécasseaux variables
Barge à queue-noire

Barge à queue-noire et bécasseau variable à droite.