lundi 31 décembre 2018

Le Pouillot à grands sourcils est dans ce parc d'entreprise depuis 18 jours.

A cette date (fin dec), c'est le seul individu en hivernage observé en France.

Si l'oiseau est régulier pendant sa migration en octobre le long du littoral atlantique, son observation pendant son hivernage l'est beaucoup, il est même plutôt exceptionnel.  
Sur le néflier du Japon.

vendredi 28 décembre 2018

jeudi 27 décembre 2018

Le pouillot à grands sourcils est présent dans quasi le même arbre depuis 14 jours.

J'ai la chance qu'il ne gèle pas et qu'il ne pleuve pas ensuite, sinon cela ferait tomber toutes les feuilles et l'oiseau risquerait de fuir dans un autre lieu. 
--------------
Dans ces trois arbres; (Bouleau, néflier du Japon, pin sylvestre), ou posé pas loin, nous avons observés:  
Corneille noire
Pigeon ramier
Pigeon biset
Pie bavarde
Tourterelle turque
Pic vert
Merle noir
Mésange bleue
Mésange noire
Mésange charbonnière
Mésange à longue queue
Grimpereau des jardins
Chardonneret 
Rougegorge
Rouge queue noir
Fauvette à tête noire
Roitelet triple bandeau
Pouillot véloce
Pinson des arbres
Moineau domestique
Etourneau sansonnet.
------
Milan royal en vol
Bergeronnette grise en vol
Epervier d'Europe en vol


J'ai l'impression de vivre un grand moment de l'ornithologie en Béarn. 
Cette après-midi nous étions 5 observateurs, ça bouge pour venir le voir.  

mercredi 26 décembre 2018

Le pouillot à grands sourcils est toujours dans le même parc pour son 13e jour.

Je n'ai pas mieux comme photo.

Dixième jour de présence dans un même milieu, cela en fait déjà un oiseau qui est en hivernage, et plus en migration. 

jeudi 20 décembre 2018

Observation d'un PGS. Pouillot à grands sourcils à Pau dans un parc d'entreprises. C'est son 7e jour de présence.

Phylloscopus inornatus.

Phyllo (feuille) scopus (visiteur) soit visiteur de feuille. Il est l'oiseau emblématique que tous les nouveaux ornithologues rêvent d'observer.

Il est dans le même parc depuis vendredi 14 décembre, il est possible que cet oiseau soit maintenant en hivernage et plus un oiseau de passage, c'est à dire en migration. 
Il serait la 4e observation pour le Béarn. (connu de moi même) 3 homologations certaines, et une observation sans photo, donc non homologué. Maintenant il est fort possible que je ne connaisse pas toutes les autres observations.
Il y a quelques années un PGS, avait passé tout l'hiver dans un parc à Nice et en Bretagne.

Cet oiseau est très courant dans les îles de Bretagne, surtout et entre autre sur l'île d'Ouessant, c'est aussi là ou il y a le plus d'ornithologue pour le rechercher. J'en ai observé sur cette île une bonne centaine de 1985 à 2014. 
Pour le Béarn, c'est ma première observation.

L'on voit très bien le bec d'un insectivore.

Depuis sa descente du nord de l'Europe au delà même du cercle polaire, il longe le littoral pendant sa migration post-nuptiale. 
S'il est observé chaque année sur le long des côtes de la mer du Nord, de la Manche, de l'Atlantique, enfin de Ostende aux dunes Basco-landaise, il l'est beaucoup moins présent à l'intérieur des terres. Peut-être aussi qu'il est plus difficile à trouver. 

Je lui avait écris une ode à Ouessant.  
A toi le PGS.

Au milieu de la forêt
Vient la brume la nuit
A peine une ombre
Le soleil ne suffit plus
C’est le moment de partir.

Libre comme l’air
Poussé par les vents
Dans la nuit sans lune
En suivant la lumière
L’île s’élève au matin.

Une île sans grand chêne
Hors du temps, sauvage
Juste une ombre argentée
Sombre est la mer
En pays d’Armor.

Oiseau éloigné de terre
Emporté au large
Tu ferais naufrage
Au milieu de l’Iroise
Reposes-toi un moment.

mercredi 19 décembre 2018

Le Forsman a été traduit en Français, il est le seul guide à parler de sexer le balbuzard.

Ce guide a longtemps été uniquement en langue anglaise, il est encore la seule référence pour les passionnés de migration des rapaces.   

vendredi 7 décembre 2018

Un Balbuzard bagué couleur au lac d'Artix.


Lors des cours d'ornithologie donnés aux étudiants de 3e année de biologie de la fac de Pau, nous avons découvert que le balbuzard qui passe l'hiver au lac d'Artix avait une bague couleur avec un code alphanumérique. 
J'ai réussi à lire le 0 verticale avec certitude, dans un premier temps et j'ai eu beaucoup de mal en ce qui concerne B ou le S, par contre le F est à 100%.

Dans un premier temps j'ai lu un 8, mais le bagueur n'utilise pas ce chiffre. 
Ce qui est certain c'est que ce n'est pas un B, donc il ne reste que le S, mais je n'en suis pas certain à 100%. 

mercredi 5 décembre 2018

lundi 3 décembre 2018

2e cession avec les 3e année en biologie de la fac de Pau.


Chevalier guignette.

Le Balbuzard adulte qui hiverne au lac d'Artix est bagué couleur le code pourrait être 0.8F, 0SF, 0BF. 
-----------
Réponse du bagueur: le 8 n'est pas utilisé. donc il reste soit le S ou le B.

jeudi 29 novembre 2018

Un très bon livre, mais à consulter au retour des sorties sur le terrain. .

Attention ce livre n'est pas un guide de terrain.
Les croquis et les dessins illustrent parfaitement les comportements que j'ai observé sur le terrain, et d'autres que je ne connaissait pas.  
-------------------

mercredi 28 novembre 2018

Un après-midi studieux avec des 3 années en biologie de la fac de Pau.

Nous leur expliquons les diverses espèces d'oiseaux d'eau et le milieu. Nous avons aussi évoqué comment faire une étude, établir un protocole de prise de données afin d'avoir une cohérence dans la finalité d'une étude. 

Le Balbu est toujours présent

dimanche 25 novembre 2018

Le balbuzard qui passe l'hiver au lac d'Artix est bagué.

Sarcelle d'hiver dans les bras morts.

Toujours quelques une dizaine de bécassine des marais.

 Balbuzard avec une bague métal.

L'histoire du livre "La quête de L'ours" se passe dans le vallon d'Etsaut en Aspe.

Ce livre est la réédition de "Artza roi sauvage" paru en 1997 aux éditions Privas, 175 pages.

C'est à ce même endroit ou a été déposé une des deux femelles venue de Slovénie en octobre 2018. 

vendredi 23 novembre 2018

Participez à la 8ème édition de la journée PORTES OUVERTES du fromage PÉ DESCAOUS.

Samedi 01 décembre à Bedous (vallée d’Aspe)
Bonjour,

Cette année, la journée portes ouvertes Pé Descaous aura lieu chez Maxime et Barbara, à Bedous en vallée d’Aspe, le samedi 01 décembre 2018. (voir ci-joint programme et plan).

Venez encourager les bergers adhérents au programme Pé Descaous qui acceptent de vivre avec l’Ours en Béarn.
En cette année de renforcement, il est pour nous important de démontrer que ces bergers tolérants peuvent compter sur le soutien des citoyens qui sont favorables à la cohabitation.
Diffuser l’information sur vos réseaux sociaux et n’hésitez pas à proposer à des connaissances de venir passer un moment convivial à la bergerie de Maxime et Barbara (panorama sur la vallée d’Aspe très sympathique).

« Pour que l’Ours et le berger puissent vivre ensemble dans les Pyrénées »

Cordialement

L’équipe du FIEP.

jeudi 22 novembre 2018

Lecture: Ce livre est un constat d'échec sur l'élevage des oursons par des humains.

Je viens de terminer ce livre qui est un terrible constat d'échec, après avoir fait fuir une mère ours de ses trois petits à la sortie de la tanière, il les a élevé seul au biberon, deux ont fini en cage, et il a du tué le troisième.

lundi 19 novembre 2018

Lecture: Ré-ensauvageons la France.

Je viens de terminer la lecture de ce livre, et je le recommande. Plaidoyer pour une nature sauvage et libre de GILBERT COCHET & STÉPHANE DURAND

Au cours du XXe siècle, la défaite du sauvage a semblé totale. Nous avons progressivement fait le vide autour de nous. 
La litanie des disparitions se poursuit quotidiennement dans l’indifférence des décideurs, et les scientifiques prédisent une annihilation biologique qui ébranlerait jusqu’aux fondements mêmes de la civilisation humaine. 
Et pourtant, ce livre est un ouvrage optimiste. Tout n’est pas perdu, loin de là. Car, malgré tout ce que nous lui avons fait subir, la nature résiste. Mieux, elle revient ! 
Notre pays est le mieux placé pour faire en tête, la course de la plus belle nature européenne. Favoriser le retour de la nature sauvage est un excellent facteur de développement. Notre richesse naturelle est renouvelable et non-délocalisable. 
C’est l’enjeu économique de demain. La place pour la vie sauvage ne manque pas sur notre territoire ; elle ne manque que dans nos têtes. Nous voudrions contribuer à ménager cette place pour le bien-être et l’épanouissement de tous. Hommes, plantes et animaux : nous sommes tous liés et il est grand temps aujourd’hui de renouer avec notre famille. 
Il en va de notre survie. Une nouvelle alliance est possible, basée sur le triptyque abondance/diversité/proximité : ce livre le démontre.

dimanche 11 novembre 2018

Le balbuzard pêcheur commence sont hivernage au lac d'Artix.

Il y avait aussi un chevalier culblanc.

Une des deux grandes aigrette.

Un morillon parmi les milouins.  

Le balbuzard est revenu sur son perchoir.

Deux lectures pour comprendre la nature.


J'ai lu ces deux livres, le premier est un voyage depuis la dernière glaciation et comment la faune et la flore sont arrivés à ce faire une place une fois les glaciers disparus. 

Pour le second, l'auteur relate ses voyages en expliquant son expérience sur la vie des ours bruns (principalement), puis-ce qu'il évoque aussi celle de l'ours blanc.