jeudi 30 août 2018

On ne réalise pas les blessures psychiques et les morsures invisibles chez les bergers.

Le temps ne c'est pas levé pour ma 22e soirée, j'ai observé de 16h à 20h30. (soit un total de 94 heures). Je n'ai pas vu d'autres espèces d'oiseaux, ni aucune trace du chien-loup hybride.

Ni non plus aucune visite du monde associatif écologique, il semblerait qu'ils soient tous aux abonnés absents. !!!
---------------------------

J'ai eu des informations, il semblerait que l'espace relevé entre les deux canines sur les brebis tuées ne soit pas toujours le même, d’où peut-être la possibilité qu'il pourrait y avoir deux canidés hybrides. J'espère voir les fédéraux pour avoir cette confirmation. 


Outre les analyses des fédéraux, d'un hybride loup-d'Italie avec un chien 
J'ai donc cherché dans les autres canidés hybrides et j'ai trouvé cela sur Wikipédia. 

Le chien-loup de Saarloos ou simplement Saarloos est une race de chien issue d'un croisement entre un berger allemand et une louve européenne de la branche sibérienne (Canis lupus familiaris x Canis lupus lupus). 
C'est une des deux seules races de chien-loup reconnue par la Fédération cynologique internationale , l'autre étant le chien-loup tchécoslovaque
Cette race de chien-loup a été reconnue par la Fédération cynologique internationale en 1981.
----------------

Le problème traumatique est tel que de la MSA Santé a mis en place une structure d'accompagnement face à la détresse que subissent les bergers.
Est-ce qu'il va falloir mettre en place une telle structure dans les Pyrénées ? Un berger de Bruges a fait un malaise suite à l'attaque du loup, un autre de Castet n'est plus tranquille.  

La DDTM veut mettre en place un plan loup, elle a demandé aux bergers de quoi ils auraient besoin, c'est donc qu'ils savent que le loup est bien là et surement pour longtemps.

Je rappelle que la cohabitation est impossible avec le loup, voir les différentes vidéos dans les pages ci-dessous sur ce blog. 
j'ai écris à la MSA de Pau, pour qu'elle mettre en place un suivi psycologique afin de venir en aide aux bergers victimes d'attaque. 

Malheureusement la préfecture n'est pas enclin à faire tuer le chien-loup hybride. C'est pourtant la seule et unique solution, la préfecture t'elle l'arrivé du vrai loup pour geler toute intervention ?  

Le loup ce n'est pas l'ours, cela n'a rien à voir en terme de prédation, Je dis souvent que si le loup s'installe de façon durable dans les Pyrénées, il rendra l'ours un peu plus sympathique.

mercredi 29 août 2018

Le démission du ministre Hulot, risque de poser à nouveau le problème de la réintroduction des deux ours femelles.

Dernier instant avant la pluie, Pour ma 21e soirée de 17h à 19h, soit 90 heures d'observation pour faire une photo du chien-loup hybride.  

Si l'ours a toujours fait parti de l'image promotionnelle des Pyrénées*, il n'en est pas de même pour le loup, ce prédateur de brebis présente une très mauvaise image pour le tourisme au delà même des dégâts chez les bergers producteurs d'un produit d’excellence: Le Brebis. 
Mais aussi d'un artisanat de qualité. Le crottin de chèvre.  

* J'ai encore le souvenir aux milieux des années 70 ou la fromagerie des chaumes vendait son fromage avec le label (fromage des ours).


L'époque ou l'ours était encore l'image promotionnelle des Pyrénées.

--------------------

En mars 2018, Nicolas Hulot, le ministre de l'Écologie et de la Transition énergétique, a lancé une consultation publique pour la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées. Le résultat est favorable, mais certains éleveurs du Haut-Béarn y sont opposés.


Deux ourses femmes vont être réintroduites dans les Pyrénées à l'automne 2018.Dans la vallée d'Aspe (Pyrénées-Atlantiques), à 1 800 mètres d'altitude des bergers emmènent leurs bêtes à l'estive et redescendent ensuite les fromages dans la vallée. Depuis vingt ans, Mireille Bonhomme est bergère dans cette estive. "La nature, on doit en prendre soin et respecter les équilibres donc remettre des ours cela parait cohérent", déclare-t-elle. Son troupeau étant en zone ours, elle aura droit à une subvention pour financer une muletière et les ânes qui transportent le fromage.

La tension entre les pros et les anti-ours monte

Sur la montagne d'en face un berger voit d'une autre façon la réintroduction de l'ours. "L'ours des Pyrénées pour moi il n'existe plus, pourquoi aller mettre un ours et rajouter une contrainte ?", témoigne Emmanuel Ossiniri, un berger. Quatrième génération de berger dans sa famille, il passe sa vie avec son troupeau et pour lui réintroduire deux ourses femelles revient à signer l'arrêt de mort du pastoralisme. "Aujourd'hui on est prêt à se battre, on ne peut pas laisser vendre notre patrimoine", déclare-t-il. Dans la vallée, les dernières attaques imputables à l'ours remontent à 2015.

Le fromage de la cohabitation avec l'ours.

mardi 28 août 2018

Que vaut cet argument; "Ailleurs cela se passe pourtant bien avec le loup".

Aujourd'hui pendant ma quête d'observation du chien-loup hybride,  j'ai rajouté 3 espèces d'oiseaux: Traquet pâtre, rougegorge, pie grièche écorcheur.
C'est ma 20e soirée de 16 à 20h pour 88 heures d'observation.

Une buse en phase claire.

A 30° sur le plateau les corneilles tirent la langue.

 Ma liste des observations d'oiseaux:
---------------

Sur la page Facebook de Olivier Maurin, j'ai trouvé cette photo, elle résume assez bien l'exaspération du monde des bergers dans ce secteur des attaques répétées du fameux chien-loup hybride. (Exaspération que je comprends et partage).

Il me semble reconnaître la cage de Jean Baylaucq dans les années 1990, ou un ours avait fait une visite dans le cimetière de son village, (si ma mémoire est bonne). 
Alors, j'avais été voir la dite cage, et 28 ans après, elle donc repris du service, c'était du solide à l'époque...!! 


J'ai voulu savoir, à l'écoute de cet argument (des pro-loups), qu'il m'a été dit, sur la réalité du (ça se passe pourtant bien ailleurs). J'ai donc choisi un bon média et une personnalité reconnue. 


-----------
Partout la cohabitation avec le loup se passe très mal. Cet argument est donc fallacieux, car j'ai visionné bien d'autres vidéos sur Youtube: le loup dans les Vosges, la Lozère, les Alpes etc...!! 

lundi 27 août 2018

Comment ce chien-loup hybride a t'il fait pour arriver tout seul en Béarn ?

Sur cette photo, à droite on voit le patou. 

Une nouvelle attaque a encore eu lieu ce W-E. derrière le sommet du Mail à 2h de marche.
https://www.sudouest.fr/2018/08/27/bearn-sept-brebis-retrouvees-mortes-dans-le-secteur-du-merdanson-5339359-4621.php

Voici une série de documents sur les loups hybrides et les cas de réintroductions sauvages.
Documents de: Bruno Lecomte
2) https://www.youtube.com/watch?v=FBy5lLS8R5g&t=743s
3) https://www.youtube.com/watch?v=65DVgyz0RkU&t=2s

Dans ces fourrés le Chien-loup hybride peut attaquer à tout moment.

Pourtant que la montagne est belle.
---------------
J'en suis pour ma 19e soirée de 16h à 21h, à 84 heures d'observation.
Pour les oiseaux, je rajoute à ma liste 25 bondrées apivores en migration et une femelle ou un jeune de rougequeue à front blanc. 

samedi 25 août 2018

Retour sur le plateau de Port de Castet.

18e soirée de 16h30 à 20h30, soit au total 79 heures d'observation pour faire une photo du pseudo loup hybride*. 
Dès que je n'ai plus assez de lumière pour faire de la photo, je rentre sur Pau, qui n'est qu'à 37 km, soit moins d'une heure de trajet.
J'ai revu le circaète jean le blanc dans de bonne condition malgré le ciel bas et gris.
Voici 3 avis sur l'hybridation des loups:
----------
------------

mercredi 22 août 2018

Heureusement qu'il y a autre chose à observer sur le Port de Castet en Ossau.

Le bétail est envahi de mouches.

Des centaines d'hirondelles dans cette arbre.

Circaète Jean le blanc.

Lever de lune.

C'est ma 17e soirée pour 75 heures d'observation, en ornithologie je rajoute le Circaète Jean le Blanc. J'assiste à une importante migration d'hirondelle, principalement des h. de fenêtres. 
Je termine la soirée par un lever de lune face au Jaût.

mardi 21 août 2018

J'observe de 16h à 21h au moment de la tombée du jour pour faire une bonne photo.

Comme tout un chacun, le loup ne me laisse pas indifférent, j'avais donc le choix de dire oui ou non à son retour en Béarn.
Habitant à Pau au 8e étage, dire oui au loup aurait été de dire inéluctablement oui, mais chez les autres.  

Alors avant de me prononcer, j'ai voulu savoir quel était l'impact chez les autres. Parce que le loup à Pau, c'est assez peu probable, ni même dans la forêt domaniale de Bastard (dit le bois de Pau.)

Ayant cherché sur internet j'ai trouvé "entre autre" cette vidéo de la Confédération Paysanne "Le loup et nous" et il y en a bien d'autres sur le même sujet.

Cette vidéo m'a autant ému qu'elle m'a fait me poser des questions. 
Pouvais-je ignorer la souffrance de ces personnes pour une nature idéalisée voir utopique. 
Peut-on d'un certain côté avoir une idée généreuse envers des êtres humains en désespoir de vie (Les migrants d'Afrique) et d'un autre côté en laisser tomber pour un idéal animalier. L’humanisme est-il à géométrie variable ?  

Je n'ai pas eu cette hypocrisie et je comprend d'autant plus la position de José Bové l'ancien berger du Larzac*, qui n'a pas voulu trahir une cause humaniste, pour une cause animale utopique, car je le pense profondément humaniste, avant d'être un activiste environnementaliste. 

Il a maintenant tous les écolos sur le dos, je serais tenté de dire: (Pourquoi tant de laine sur le dos de José. !!!)
Vais-je subir le même sort en Béarn, car j'ai choisi la cause des bergers plutôt que celle des loups.

Alors je rejoins la position de Monsieur le Préfet des Pyrénées-Atlantiques, sans pour autant me préoccuper ou me justifier à savoir si c'est un animal hybride ou pas, ni de certains extrémistes déjà heureux de partir à la guerre du loup.   
   

Ma voiture me sert d'affût.

Déjà là, je manque de lumière pour une bonne photo.

J'ai rajouté aux observations ornithologiques, le Pic noir. J'en suis à 70 heures d'observation pour 16 soirées. 

Loup en Béarn : présence confirmée d’un hybride en vallée d’Ossau

La photo de l'animal a été prise par un appareil photo automatique. ©PHOTO FTEM

Des analyses effectuées par l’Etat confirment la présence d’un loup hybride d’origine italienne en vallée d’Ossau. Conséquence : battues et tirs de défense sont désormais autorisés

Lundi après-midi, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques a rendu ses conclusions publiques sur la présence d’un loup en vallée d’Ossau.
"Un rapport d’expertise produit le 9 août 2018 précise que deux échantillons caractérisent un même animal, hybride entre un loup d’origine italo-alpine et un chien", peut-on lire. En l’espèce donc : un hybride issu d’une lignée génétique italienne.
Ne s’agissant pas d’un loup mais d’un hybride, non protégé par la Convention de Berne, le préfet des Pyrénées-Atlantiques a pris un arrêté autorisant les tirs de défense simple, permettant aux éleveurs volontaires de défendre leurs troupeaux en situation de défense. Il est également précisé "qu’en cas d’inefficacité des opérations d’effarouchement et des autorisations de tir de défense simple, des tirs de défense renforcés (jusqu’à 10 tireurs) seront prévus, et si nécessaire un tir de prélèvement pourrait être ordonné". Entendez : un tir d’élimination de l’animal.
Ces résultats font suite à la contre-enquête menée par les services de l’Etat après des résultats ADN fournis par la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne le 20 juillet dernier, indiquant qu’il s’agissait d’un hybride "60% chien-loup, 40 % loup de Russie". Une méthode d’analyses "non valable" invalidée par l’Office national de la chasse et de la faune sauvage avait indiqué le préfet du département Gilbert Payet. 
https://www.sudouest.fr/2018/08/21/loup-en-bearn-presence-confirmee-d-un-hybride-en-vallee-d-ossau-5325278-4955.php

lundi 20 août 2018

Faute de grives on mange du merle.

"La Royale" première marque de perdrix déposée !
Dite: Perdrix rouge, Alectoris rufa

J'ai utilisé cet aphorisme pour dire que dans ma recherche de faire une photo du canidé prédateur, elle se résume à prendre des perdrix royales* (dite rouge) destinées à la chasse et aux concours de chien d'arrêt.

Néanmoins je rajoute un bouvreuil pivoine, ce qui est une bonne observation car l'espèce n'est pas au mieux de sa forme sur le plan de sa dynamique de population. 
Observation de 16h à 21h.  
-----------

Chardonnerets sur des chardons laineux à 900 m au Port de Castet.


samedi 18 août 2018

Voici le milieu dans lequel est peut-être la "bête", le fameux canidé prédateur.

C'est du moins dans cette direction où il est aller, lorsque je l'ai perdu de vu le soir du 6 Août à 21h30.



Malgré le concours de chien d'arrêt*, je suis quand même monter pour observer de 15h30 à 20h30. (Déjà 60 heures d'observation)
Je ne rajoute aucun oiseau à ma liste, Ils ont pourtant lâchés des perdrix grises, je n'en ai vu aucune. Selon un berger du plateau certaines arrivent à survivre.

J'ai rencontré les fédéraux, ils revenaient de relever leurs pièges photos, toujours aucune trace de la bête...!!!
Ils me disent que j'ai trop tendance à dire le "loup", pourtant j'emploi les termes: canidé prédateur, pseudo-loup, chien loup, que seraient-ils le plus juste ? Toujours est-il que pas loin de 200 brebis, soit un troupeau moyen est sur le tapis. 

Personnellement, je ne crois pas à l'arrivé du loup en Béarn, je pense de plus en plus à un acte de malveillance, d'un type qui aurait déposé son chien loup de Tchéqui, ici sur le plateau de Castet.

Ce type de chien se rencontre de plus en plus en Béarn, des propriétaires ont été vus aux fêtes de: Morlanne, Montaner, à Oloron, à Bruges. au col du Pourtalet, certes tenu en laisse.  
Voilà ce que j'ai trouvé sur le bon coin:  https://www.polytrans.fr/annuaire-polytrans/eleveur-de-chiens-de-race/chien-loup-tchecoslovaque/ads-category-4597.html?gclid=CjwKCAjwzenbBRB3EiwAItS-u6I5gD8-B5Nv7MjkljNiV-FHSCazKPxVvipumIDmm7RyFOj8-jrSvRoC2WsQAvD_BwE
---------------

https://www.sudouest.fr/2015/08/11/un-concours-de-chiens-d-arret-sur-perdreaux-2093231-4253.php

jeudi 16 août 2018

C'était une journée pour l'observation des quatre grands rapaces des Pyrénées et pas pour le pseudo loup, canidé prédateur.

Le dialogue est établi avec les bergers, je ne cours pas partout, je reste en poste fixe et je suis régulièrement présent, même si pour faire une photo de la bête est et sera très difficile. 
Je suis d'accord avec eux sur le fait qu'ils ne rentrent pas dans le piège de l'indemnisation, car cela ne remplacera jamais la tranquillité dans le travail et surtout de bien dormir. 
Pour comprendre le fait de bien dormir, il suffit de voir ce reportage de la confédération paysanne: (Le loup et nous)  https://www.google.fr/search?q=le+loup+et+nous&rlz=1C1GGRV_enFR751FR751&oq=le&aqs=chrome.0.35i39j0j69i57j69i61l3.2668j0j8&sourceid=chrome&ie=UTF-8



Aujourd'hui 13e observation (soit 55 heures de terrain), dans ma quête de faire une photo du pseudo loup (toujours en vain). 
Je rajoute 2 gypaètes et un aigle royal.
J'ai observé les 4 grands rapaces des Pyrénées dans la même journée.  
La brume est tombé vers 19h30, j'ai donc quitté le poste d'observation après 4 heures de présence. 
Il semble que les différentes attaques ont été faite de nuit par mauvais temps, sauf la dernière de jour.

La liste de mes observations.

mercredi 15 août 2018

En terme de luminosité, je reste sur le plateau jusqu'entre chien et loup*.

* L'expression veut dire: "L'heure ou on ne peut plus distinguer un chien d'un loup".

Vautours fauves.
Au fond le Jaüt. 2.050 m.

Pour ma 12e observation de 16h15 à 21h15, je rajoute un passereau, le tarier des près.
Heureusement que je suis ornithologue de formation, cela passe le temps.
Je suis surpris de ne pas entendre le volubile pic noir. (Dryocopus martius), voici son cri: https://www.youtube.com/watch?v=NJDRRUgJ2AE
------------

Voici la liste de mes observations après 50 heures à partir de mon poste fixe: 

Vautour fauve Gyps fulvus
Vautour percnoptère Neophron percnopterus
Milan royal Milvus milvus
Milan noir Milvus migrans
Busard des roseaux Circus aeruginosus
Buse variable Buteo buteo
Épervier d'Europe accipiter nisus 
Pigeon ramier Columba palumbus
Chouette hulotte Strix aluco
Chouette de Tengmalm Aegulius funereus
Pic vert Picus viridis
Martinet noir Apus apus
Hirondelle de rochers Ptyonoprogne rupestris
Hirondelle rustique Hirundo rustica
Hirondelle de fenêtre Delichon urbica
Merle noir Turdus merula
Pie bavarde Pica pica
Geai des chênes Garrulus glandarius
Corneille noire Corvus corone corone
Grand corbeau Corvus corax
Rougequeue noir Phoenicucus ochruros
Tarier des prés Saxicola rubetra
Fauvette à tête noire Sylvia atricapilla
Pinson des arbres Fringilla coelebs
Linotte mélodieuse Carduelis cannabina
Chardonneret élégant Carduelis carduelis
Bruant jaune Emberiza citrinella

Lièvre Lepus timidus
Chevreuil Capreolus capreolus
Crapaud accoucheur Alytes obstetricans
Chauve-sourie sp 
Canidé sp

mardi 14 août 2018

Retour sur le plateau de Castet en Ossau.

Brebis basco-béarnaise, je n'ai pas les chiffres exact, mais il semble que la prédation par ce canidé se chiffre au total entre 150 et 200 ind. 


Pour ma 11e quête d'observation d'un pseudo loup, (en vain), Je rajoute l'hirondelle de fenêtre en migration. 
La nuit tombe de plus en plus tôt, à partir de 21h15, il m'est impossible de faire une quelconque photo, je quitte le poste. 

samedi 11 août 2018

Toujours rien en vu du canidé prédateur et jusqu'au bout du jour.


Pour ma 10e observation, soit 40 heures, je ne l'ai toujours pas revu le canidé prédateur, je rajoute 4 espèces de passereaux*; Pinson des arbres, Chardonneret, fauvette à tête noire, rougequeue noir.
*  https://oiseaupyrenees.blogspot.com/2018/07/une-chouette-de-tengmalm-dans-le-bois.html

vendredi 10 août 2018

Je n'ai toujours pas revu le canidé prédateur.


Encore 6 heures d'observation, je rajoute 3 espèces d'oiseaux, car même si je traque le "pseudo loup", j'en reste pas moins ornithologue à la base.*
Donc Grand corbeau, percnoptère (un immature) et des milans noirs en migration.
Lorsque j'arrive sur le plateau, les fédéraux sont là...!! Nous parlons de la "bête".
Je suis fier d'apprendre que les fédéraux suivent mon blog, ils le trouve bien. 

Malheureusement ils m'apprennent que le canidé prédateur a encore attaqué des brebis sur Louvie-Juzon. (Certaines ne sont que blessées). 
Le Préfet signe un arrêté pour sa destruction, j'espère pouvoir faire une photo avant pour "l'ONCFS" et "La République des Pyrénées". 
Je suis le seul photographe sur place. 

Je comprends les bergers qui en ont assez, et qu'ils désirent avoir la paix avec ce canidé prédateur.
Car voici ce qu'ils vivent dans les alpes: https://sms.hypotheses.org/9352

Un berger me dit que les deux coups de feu d'hier soir sont des jeunes qui jouent avec un carabine, ouf la "bête" est encore vivante.    
C'est égoïste, mais j'ai envie de la (bête) prendre en photo vivante.

jeudi 9 août 2018

Météo fraîche sur le plateau de Castet, 13°.


Je n'ai toujours pas revu le pseudo loup, j'avais espoir avec ce changement de temps, je rajoute trois espèces d'oiseaux*: Le geai, le busard des roseaux, le milan royal.
depuis mon même poste d'observation. 
Deux coups de feu à 19h13. 

mardi 7 août 2018

Le 6/8/18 à 21.30 heures, j'ai vu un canidé sur le plateau de Port de Castet.

Lundi 6 août 2018. je vois un canidé au plateau de Castet en Ossau.
Il était de couleur gris beige, gros comme un berger allemand.
Son dos est plus clair vers l'arrière que vers la tête qui est plus grise.
Lorsqu'il gratte, il est en biais, je vois sa queue pendante et touffue.
J'ai des jumelles Bushnell, légend série M de 8 x 42. 
Il est 21 heures 30, il fait très sombre. j'ai peu de lumière.
Je manque de reflex de faire une photo, et de me mettre sur manuel.
Distance de 350 mètres (environ). (mesuré sur Goéportail).
Je l'ai ensuite perdu de vue derrière une bute. Pour moi c'est le "fameux loup".
-------
Ma description est de ce que j'ai vu, et pas de ce que je n'ai pas vu. 
J'espère l'avoir en photo, pour des détails que je n'ai pas vu et qui me semble très important. 



Photos prises le 8/8/18, avec les explications de mon observation du 6/8.

Le 7/8 je préviens les services de l'état (ONCFS), je pose la question et je comprends très vite qu'ils ne préviendront pas les éleveurs et bergers du risque de prédation, je n'insiste pas. !!!!

Sur ce, je vais aussi à la rédaction de "La République des Pyrénées" je leur explique mon observation, il me demande une photo, j'explique que j'en ai pas à cause du manque de lumière à 21.30 h, ils me disent "désolé mais ton observation ne vaut rien sans photo". !!!

Alors en arrivant le 8/8 le plateau, je signale aux premiers bergers rencontrés la présence certaine du loup sur le plateau (ils transportaient les foins). M'ont-ils cru ?

J'espère avoir la chance de revoir la "Bête" et d'avoir une bonne photo.  
--------------