vendredi 16 août 2013

Sur la régularité du passage migratoire du Bécasseau de Temminck

Sur la régularité du passage migratoire du Bécasseau de Temminck
"calidris temminckii" au lac de l'Ayguelongue "Momas"

A lire la littérature, ce petit bécasseau, discret par sa taille et l'uniformité de son plumage, est rare en bord de mer et préfère les marais humides, rives d'étangs et lacs à végétation basse, sur des mares boueuses au milieu des pâtures et petites pièces d'eau.

Le lac de Momas lui convient donc très bien car lorsque le lac se vide, il laisse place à un petit marais boueux.

Dès ma première visite au lac de Momas le 19.09.1996, je trouvais l'oiseau, puis de nouveau en 1997. La date la plus précoce fut le 25 juillet 1998. je le trouvais aussi au passage de printemps le 17.05.99 ; puis chaque année. Présent en Août avec 2 individus du 14.09 au 25.09.1998, puis cette année 2004 avec 3 individus  deux juvéniles et un adulte dès le 16 .09.2004 .

J'ai voulu comprendre cette similitude dans les dates; mais aussi et pourquoi, si subitement, une espèce considérée comme rare devenait une observation annuelle.
Pour l'année 2004, l'oiseau est régulier depuis le 13.08.04, je trouvais donc 2 juvéniles le 15.09, puis 3 oiseaux le 16.09.04 dont un adulte.

Pour mémoire (mes fiches bristol), il y a similitude avec l'année 1998 où un oiseau était régulier dès le 04 août et deux dès le 14.09.98. A noter que les deux oiseaux étaient des juvéniles et que quelques jours plus tard je trouvais encore 2 oiseaux mais 1 adulte et 1 juvénile. Il est donc passé 3 oiseaux en 1998.

Discussion :
Nous avons, entre 1998 et 2004, 1 jour de différence pour une accentuation de la migration. Coïncidence ou passage migratoire ? Comparaison faite avec "Les oiseaux de Loire Atlantique", "Rare birds in Britain and Ireland", "Inventaire des oiseaux de France", nous trouvons à quelques jours près les mêmes dates. Dans "Les oiseaux migrateurs", Curry-Lindhal parle d'une fidélité aux escales, ce qui expliquerait cette régularité du passage migratoire sur le lac de L'Ayguelongue.

Paul Géroudet écrit "sa discrétion et sa faible propension à former des troupes le mettent moins en évidence que les autres bécasseaux".
Ce qui expliquerait que la présence de ce limicole semble récente dans les Pyrénées Atlantiques : 18.09.1994, (unique observation avant Momas).

Il est vrai que la configuration de la retenue collinaire de l'Ayguelongue a permis de créer une vasière.
Est-ce le pourquoi de la régularité de passage migratoire du bécasseau de Temminck ?

Andréas Guyot
7 rue Jules Verne
64000 PAU

 
BIBLIOGRAPHIE :
BRUUN B ; SINGER A ; 1990. Tous les oiseaux d'Europe. p120, Bordas, Paris
CURRY-LINDAHL K ; 1980. Les oiseaux migrateurs à travers mer et terre. p169 , Delachaux et Niestlé, Neuchatel – Paris.
DUBOIS PJ. ET ALL . 2000. Inventaire des oiseaux de France, p196, Natan, Paris
DYMOND JN ; FRASER PA ; 1989. Rare birds in Britain and Ireland ; p105 Poyser, Calton.
GEROUDET P ; 1982. Limicoles, gangas et pigeons d'Europe, tome 1, p191-196 Delachaux et Niestlé, Neuchatel –Paris.
JONSSON L  1994. Les oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen Orient.
p 222, Nathan Paris.
PETERSON R ; et all. ; 1972. Guide des oiseaux d'Europe; p134, Delachaux et Niestlé Neuchatel.
RECORBET B ; 1992. Les oiseaux de Loire-Atlantique du XIXe siècle à nos jours ;
p125, G.O.L.A, Nantes

Aucun commentaire:

Publier un commentaire